Tag Archives: paul auster

Paul Auster, Sunset Park (5)

Morris a découvert, il y a de ça bien des années, que Simon Korngold est une personne absolument digne d’être aimée, et ce que Morris aime le plus chez lui, c’est qu’il ne se plaint jamais. Tout le monde souffre de la crise, de la récession, quel que soit le nom que les gens utilisent read more »

Paul Auster, Sunset Park (4)

Il y a maintenant longtemps qu’elle joue régulièrement, elle a commencé quand elle avait un peu plus de vingt ans, et il n’y a personne, dans ce restaurant bondé, qui ne sache pas qui elle est : c’est coup d’œil sur coup d’œil en direction de leur table, des yeux sont sur ses yeux, mais read more »

Paul Auster, Sunset Park (3)

Il se trouvait donc dans l’avion, dit-il, avec un billet de première classe payé par ceux qui lui avaient décerné le prix, et sa peur de voler était un peu atténuée par de moelleux sièges en cuir, du caviar et du champagne, un luxe imbécile au milieu des nuages, un choix abondant de films à read more »

Paul Auster, Sunset Park (2)

Est-ce que tu as vu Les Plus Belles Années de notre vie ? Bien sûr, répond Ellen. Tout le monde connaît ce film. Il te plaît ? Enormément. C’est un des films de Hollywood que je préfère. Pourquoi te plaît-il ? Je ne sais pas. Il me touche. Je pleure toujours quand je le vois. read more »

Paul Auster, Sunset Park (1)

Son sujet, ce sont les Etats-Unis dans les années qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale, l’étude des relations et des conflits entre hommes et femmes tels que les montrent les livres et les films de 1945 à 1947, pour la plupart des romans policiers populaires et des films commerciaux réalisés à Hollywood. C’est read more »

Paul Auster, Le livre des illusions (4)

Quelques heures plus tard, l’épreuve de Martin Frost fut détruite. Je devrais sans doute considérer que j’ai de la chance d’avoir vu ce film, de m’être trouvé là pour la dernière projection d’un film au Blue Stone Ranch, mais d’un certain côté je regrette qu’Alma ait allumé le projecteur ce matin-là, je préférerais n’avoir jamais read more »

Paul Auster, Le livre des illusions (3)

Il me fallut un moment pour y entrer, pour comprendre ce qui se passait. L’action était filmée avec un réalisme si imperturbable et une attention si scrupuleuse envers les détails de la vie quotidienne que je restai d’abord insensible à la magie qui imprégnait le cœur du récit. Le film commençait comme n’importe quelle comédie read more »

Paul Auster, Le livre des illusions (2)

Je n’étais pas cinéphile. […] Ce n’était pas que j’eusse quoi que ce fût contre le cinéma, mais il n’avait jamais vraiment compté pour moi et pas une fois en plus de quinze ans d’enseignement et d’écriture je n’avais éprouvé le besoin d’en parler. J’aimais le cinéma comme tout le monde l’aime – comme une read more »

Paul Auster, Le livre des illusions (1)

Il devait être un peu plus de dix heures. Ancré à ma place habituelle sur le canapé, un verre de whisky dans une main et la commande à distance dans l’autre, je zappais distraitement. Je tombai sur cette émission quelques minutes après son début, mais il ne me fallut pas longtemps pour comprendre que c’était read more »

Paul Auster, Trilogie new-yorkaise – Revenants

Mais le plus souvent Bleu dépasse le bar et se rend au cinéma à plusieurs rues de distance. Avec l’été qui arrive et la chaleur qui se maintient désagréablement dans sa petite chambre, il se sent bien de pouvoir s’asseoir dans la fraîcheur de la salle pour regarder le long métrage. Bleu est amateur de read more »