J.D. Salinger, L’Attrape-cœurs

La traduction française suit le texte original.

While I was changing my shirt, I damn near gave my kid sister Phoebe a buzz (…). You’d like her. I mean if you tell old Phoebe something, she knows exactly what the hell you’re talking about. I mean you can take her anywhere with you. If you take her to a lousy movie, for instance, she knows it’s a lousy movie. If you take her to a pretty good movie, she knows it’s a pretty good movie. D.B. and I took her to see this French movie, The Baker’s Wife, with Raimu in it. It killed her. Her favourite is The 39 Steps, though, with Robert Donat. She knows the whole goddam movie by heart, because I’ve taken her to see it about ten times. When old Donat comes up to this Scotch farmhouse, for instance, when he’s running away from the cops and all, Phoebe’ll say right out loud in the movie – right when the Scotch guy in the picture says it – ‘Can you eat the herring?’ She knows all the talk by heart. And when this professor in the picture, that’s really an German spy, sticks up his little finger with part of the middle joint missing, to show Robert Donat, old Phoebe beats him to it – she holds up her little finger at me in the dark, right in front of my face. She’s all right. You’d like her.

J.D. Salinger, The Catcher in the Rye, 1951



39 steps

Une première version française, disons, intéressante (?) du même passage. Ou comment illustrer à merveille le phénomène du vieillissement d’une traduction.

En changeant de chemise, l’envie me prit d’aller donner quand même un coup de fil à ma petite sœur Phœbé. (…) Vous l’aimeriez. Je veux dire, si vous racontez quelque chose à Vieille Phœbé, elle sait exactement de quoi diable vous parlez. Je veux dire, vous pouvez même l’emmener n’importe où avec vous. Si vous l’emmenez voir un navet au cinéma, par exemple, elle sait que c’est un navet. Et si vous l’emmenez voir un beau film, elle sait que c’est un beau film. D. B. et moi l’avons emmenée voir ce film français, « La Femme du Boulanger », avec Raimu. Ça l’a tuée. Son film préféré, pourtant, c’est les « Trente-neuf marches » avec Robert Donat. Elle sait toute la saleté de film par cœur, car je l’ai amenée le voir au moins dix fois. Quand Vieux Donat arrive dans cette ferme écossaise, par exemple, quand il est poursuivi par les espions et tout, Phœbé dit tout haut – juste quand l’Écossais le dit sur l’écran – « Aimez-vous le hareng ? » Elle sait tout le dialogue par cœur. Et quand ce professeur, dans le film, ce professeur qui est en réalité un espion allemand, lève son petit doigt auquel il manque une phalange, pour le montrer à Robert Donat, Vieille Phœbé le devance – elle lève son petit doigt dans l’obscurité, sous mon nez. Elle est du tonnerre. Vous l’aimeriez.

J.D. Salinger, L’attrape-cœurs,
traduction française Jean-Baptiste Rossi
(cliquez pour savoir qui se cache derrière ce nom si vous l’ignorez…)
Robert Laffont, 1953


Deuxième version française, juste pour le fun (gros coup de coeur pour le “bicause” de la huitième phrase, personnellement).

Comme j’étais en train de mettre une chemise propre j’ai presque décidé de passer un coup de fil à ma petite sœur Phoebe. (…) Cette môme, si on lui dit des trucs, elle sait toujours exactement de quoi on parle. Je veux dire, vous pouvez l’emmener voir un film dégueulasse et elle saura que le film est dégueulasse. Si vous l’emmenez voir un film plutôt bon, elle saura que le film est plutôt bon. D.B. et moi on l’a emmenée voir ce film français La femme du boulanger, avec Raimu. Ça l’a tuée. Mais son film favori c’est Les trente-neuf marches avec Robert Donat. Ce foutu machin elle le connaît par cœur bicause je l’ai emmenée le voir au moins dix fois. Quand par exemple le gars Donat arrive à cette ferme écossaise, dans sa cavale pour échapper aux flics et tout, Phoebe dira très fort dans la salle de cinéma – juste en même temps que le type du film : « Tu manges du hareng ? » Elle connaît tout le dialogue par cœur. Et quand ce professeur dans le film, qui est en fait un espion allemand, lève le petit doigt avec une phalange en moins, pour désigner Robert Donat, la môme Phoebe le gagne de vitesse – elle lève son petit doigt vers moi dans le noir, juste sous mon nez. Elle est au poil. Vous la trouveriez au poil.

J.D. Salinger, L’attrape-cœurs,
traduction française Annie Saumont
Robert Laffont, 1986

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>