Steve Tesich, Karoo (4)

karoo

Je méprise et j’ai toujours méprisé l’expression « petit chef-d’œuvre ». C’est ainsi que les critiques de cinéma aiment à qualifier certains films étrangers. L’expression « petit chef-d’œuvre » semble suggérer l’existence de toute une gamme de chefs-d’œuvre classés par tailles, comme les produits sur les étagères des supermarchés, de petits à moyens puis à grands, pour aller jusqu’aux chefs-d’œuvre magnum. Et pourtant, en dépit de mon aversion, de ma détestation de l’expression, je ne voyais rien de plus adéquat pour décrire le film du Vieil Homme. Cela force l’humilité, c’est même parfois humiliant, que de se rendre compte qu’il y a des occasions où nous sommes tout aussi arrogants que n’importe quel critique de cinéma.


Steve Tesich, Karoo
traduction Anne Wicke,
Monsieur Toussaint Louverture, 2012

Comments are closed.